À propos

Ce blog est celui de Musica, festival international de musiques d'aujourd'hui de Strasbourg
Abonnement flux RSS Musica en photos

14 oct 2016

REPETITIONS
Drum-Machines : au-delà de la musique

Le 7 octobre dernier avait lieu le concert de clôture du festival Musica : l’occasion de découvrir les Percussions de Strasbourg sous un nouveau jour, emmenées par les « machines » et réinterprété par eriKm. Quand la musique contemporaine rencontre les musiques électroniques.

À quelques heures du concert de clôture, l’ensemble les Percussions de Strasbourg et eriKm règlent les derniers détails avant de sonner le début de cette répétition générale dans une atmosphère détendue. Les musiciens se connaissent bien : depuis septembre 2015 – première résidence de création –, ils dessinent les contours de Drum-Machines, œuvre aux multiples facettes composée par eriKm croisant l’improvisation, le geste, l’intention et l’électronique en temps réel. Les débuts de cette résidence coïncidaient – coïncidence ? je ne crois pas – avec l’arrivée du nouveau directeur artistique de l’ensemble, Jean Geoffroy, qui affirmait alors son désir d’emmener Les Percussions de Strasbourg sur des terrains non encore explorés, et surtout de favoriser les rencontres, qu’elles soient humaines ou qu’elles aient trait au croisement des genres. Déjà, le projet avec le duo Ork nous avait laissé entrevoir le résultat de cette réflexion adossée au rock, Drum-Machines, second acte de la mue de l’ensemble, s’aventure cette fois sur le chemin tortueux de l’électronique. Passionnant.

Entrez la légende de l'image

Ce qui m'a plu :

⇒ Le dispositif

L’instrumentarium est construit comme un « forum ». Les instruments sont contenus dans une sorte de cercle au sein duquel évoluent les quatre musiciens des Percussions de Strasbourg, eriKm et Stéphane Cousot, ce dernier capte et projette les gestes des musiciens sur un écran placé au fond de la scène, les images étant également modifiées esthétiquement. Rien n’est immobile : les musiciens s’assoient, viennent modifier chacun le son de l’autre, se déplacent, eriKm construit, agrémente et déconstruit les sons produits en live par des sons notamment enregistrés lors des résidences avec le groupe. S'articule un jeu entre apparitions et disparitions, qui concerne les sons, le geste ou les images. Au-delà d’un concert, c’est un spectacle mais aussi et surtout, un spectacle où l’on voit la musique à l’œuvre, une musique qu’on devine infiniment modifiable. La mise en scène, mouvante, jamais statique, insistant sur les gestes de l’ensemble et du platiniste, renforce d’ailleurs cette impression.

⇒ La musique

Ce qu’on entend est difficilement descriptible et c’est justement là tout l’intérêt : les frontières explosent. La construction rythmique est aléatoire, les sons viennent s’empiler puis disparaissent peu à peu, le volume augmente puis baisse et vice versa. Il y a là de la musique contemporaine, de la musique électroacoustique, de la musique électronique, parfois des sons pop, parfois des constructions chaotiques – ce n’est pas péjoratif ici – nous rappelant la musique bruitiste. Le tout fait appel à l’imaginaire : les images se multiplient et les couleurs s’enchevêtrent, là encore, appelées par l’utilisation très juste de la lumière. On ne peut s’empêcher de penser au grand intérêt d’eriKm pour les arts plastiques. Avec Drum-Machines, tout prend sens.

Entrez la légende de l'image

⇒ Les musiciens

C’est peut-être ce qui m’a marquée avant tout : sur scène les musiciens prennent un plaisir fou. eriKm lève frénétiquement ses bras, tapote, effleure, il triture les sons auxquels, on le constate, il porte une attention décuplée. Les musiciens frappent, font rouler, frottent et le font avec une énergie telle qu’on en reviendrait aux origines-mêmes de la percussion : il y a quelque chose de très primitif. Sur scène, il y a un groupe et des individualités qui se complètent et s’emmènent.

Conclusion : un vrai bon et beau moment passé en compagnie des Percussions de Strasbourg nouvelle génération. Qu’importe la musique, pourvu qu’elle se ressente.

Texte et photos : Cécile Becker

Plus d'informations sur le concert Drum-Machines

Aller plus loin mais toujours sur le blog :

Interview d'eriKm

Les ateliers de pratique artistique avec les Percussions de Strasbourg

comments powered by Disqus