À propos

Ce blog est celui de Musica, festival international de musiques d'aujourd'hui de Strasbourg
Abonnement flux RSS Musica en photos

30 sept 2016

PORTRAIT
Alberto Posadas, le hasard et la nécessité

Compositeur accompagnant la deuxième promotion de l'Académie de composition Philippe Manoury - Musica, au côté de... Philippe Manoury, Alberto Posadas traverse de toute part la programmation de cette édition. Souvent interpellé pour le côté sombre de son œuvre, il est surtout passionné par les sciences.

Il paraît que le petit-déjeuner est le repas le plus important de la journée, quoi de mieux donc que de le partager avec Alberto Posadas. Malgré un planning aux allures de Rubik's Cube, le compositeur a pris le temps d'évoquer avec nous son processus créatif et l'avenir de la musique autour d'un café.

L'approche d'Alberto Posadas est sans équivoque, pour lui « la musique n'est pas isolée, elle n'est pas hors contexte, c'est une partie de la vie, nous sommes entourés par elle ». La musique est donc liée aux autres champs de réflexion, que ce soit la science, la poésie ou même la philosophie.

C'est pourtant tout particulièrement le modèle scientifique (notamment celui des mathématiques mais aussi de la biologie) qui influence l'écriture d'Alberto Posadas. Selon lui, « on peut partir du modèle mathématique pour composer ou au contraire, composer et retrouver au final un modèle mathématique ». Maths et composition ont donc de nombreux points communs mais pour Alberto Posadas, le plus important est le départ : « On cherche d'abord une question, c'est même plus important que de trouver la réponse », nous explique-t-il. La différence apparaît par la suite car là où les sciences finissent par fournir une solution formelle, les arts, eux, continuent de questionner, « c'est un processus sans fin, on essaie de trouver une réponse même si on sait déjà qu'il en existe plusieurs, il n'y a aucune preuve, c'est l'avantage de l'art que de pouvoir explorer sans limite ».

Curieux de tout, Alberto Posadas s'inspire de la théorie des systèmes ou des images fractales, pour lui « la nature offre des modèles utiles, transposables en musique » et qui permettent, à l'image de ses créations, « de partir de quelque chose de basique pour tendre vers le complexe ». Il conçoit l'expérience humaine comme un continuum, les découvertes scientifiques façonnant notre esprit qui à son tour façonne l'art.

Nos cafés terminés, je ne sais plus très bien si nous sommes en train de parler philosophie ou musique contemporaine, Alberto me rappelle que « c'est la même chose, tout est connecté ».

Pas de doute, ce petit-déjeuner était bien le moment le plus important de ma journée.

Par Aurélien Montinari - Photo : © Camille Roux

L'Orchestre national des Pays de la Loire interprétera notamment Kerguelen d'Alberto Posadas ce samedi 1er octobre à 20h30, au Palais de la Musique et des Congrès

L'ensemble recherche interprètera notamment Nebmaat du compositeur, le 5 octobre à 18h30, à la Salle de la Bourse

comments powered by Disqus